Vivre à Nantes : Spécial placements - Crédit immobilier - Actualités - Vivre à Nantes immobilier nantes , immobilier nantes , immobilier saint herblain , immobilier orvault , immobilier nantes , immobilier saint sebastien sur loire immobilier Nantes, Saint-Herblain, Orvault, Sautron, Couëron, Rezé, Bouguenais, Vertou, Saint-Sébastien sur Loire, Basse-Goulaine, Sainte-Luce sur Loire, Carquefou, La Chapelle sur Erdre - Appartement, Bureaux, Chateau, Demeure de Prestige, Hotel particulier, Immeuble, Loft, Maison, Parking / box, Programme Neuf, Terrain, - Nantes, Saint-Herblain, Orvault, Sautron, Couëron, Rezé, Bouguenais, Vertou, Saint-Sébastien sur Loire, Basse-Goulaine, Sainte-Luce sur Loire, Carquefou, La Chapelle sur Erdre - Avec l'agence immobilière Vivre à Nantes, votre projet immobilier sur Nantes , Le Bignon, Saint-Herblain, Reze, Pornichet, Rouans, ou Carquefou... est notre première préoccupation. Pour l'achat d'un appartement, la vente de votre maison, la recherche d'un terrain, la location d'un Studio ou T1, notre équipe de conseillers immobiliers sont à votre service.

Spécial placements - Crédit immobilier

Partager sur :

Les conseils du Journal LE POINT sur les économies liées aux crédits immobiliers.


Actualité  Économie  Immobilier Neuf

Spécial placements - Crédit immobilier : jusqu'à 90 000 euros d'économie

Grâce à la baisse des taux, l'époque est bénie pour les emprunteurs, notamment en ce qui concerne le coût global du prêt. Voici comment bien en tirer parti.

PAR 
Publié le 20/11/2016 à 11:53 | Le Point
S'il y a bien un gagnant à la baisse des taux, c'est le particulier qui emprunte pour acheter un bien immobilier. Sur le coût global d'un prêt de 200 000 euros sur vingt ans, il réalise une économie de plus de 90 000 euros par rapport au même investissement réalisé en 2008, 45 000 euros si l'opération avait eu lieu en 2013 et même 20 000 euros en 2015, selon l'étude réalisée par meilleurtaux.com. Notre particulier emprunte en effet en moyenne à 1,60 % hors assurance, contre 5,30 % il y a huit ans. Sa mensualité est passée de 1 353 à 974 euros.

Mais le coût n'est pas le seul avantage. La capacité d' emprunt a mathématiquement augmenté. Pour 1 000 euros de mensualité, notre ménage pouvait emprunter 147 789 euros en octobre 2008. Aujourd'hui, il emprunte 205 272 euros. Plus spectaculaire encore : les revenus nécessaires pour emprunter ont diminué. Pour avoir 200 000 euros, il fallait justifier de 4 000 euros net par mois en 2008 ; aujourd'hui, 2 900 euros suffisent.

Renégociez votre crédit !

Et pour ceux qui ont déjà acheté ? La renégociation du crédit se révèle pour certains très payante. « Y ont intérêt les souscripteurs qui satisfont à certaines conditions », explique Maël Bernier , de meilleurtaux.com. Il faut en effet que les prêts aient été souscrits après 2006 à un taux supérieur à 2,5 %, que la durée de prêt restant à courirsoit supérieure à celle déjà révolue, que l' emprunteur ne compte pas revendre le bien dans les deux ans qui viennent et que le capital restant dû soit supérieur à 70 000 euros. Si tel est le cas, le gain moyen pour un prêt de 200 000 euros sur vingt ans va de 36 564 à 15 865 euros (voir tableau ).

À cela s'ajoute le gain que peut procurer la renégociation de son assurance emprunteur . Un poste qui est loin d'être négligeable. Pour un couple de 50 ans empruntant 200 000 euros sur quinze ans, l'assurance représente parfois jusqu'à 40 % du coût de l'emprunt. Changer d'assurance peut lui permettre de diminuer la facture de 3 000 euros. Et, pour un couple de 38 ans, le gain est susceptible de s'élever à 6 000 euros. Mais attention : le changement d'assureur doit intervenir dans l'année qui suit la souscription du prêt.

Sur ce marché de la renégociation, les établissements de crédit se livrent une âpre concurrence, d'autant que les banques en ligne , absentes jusqu'alors du crédit immobilier (Boursorama, ING Direct ...), se sont engouffrées dans la brèche avec des taux très attractifs. Certaines banques n'hésitent pas à appeler leurs clients pour le leur proposer. Une manière de les fidéliser pour éviter de les voir se tourner vers un mieux-disant.